DEUIL APRES DEUIL

LE LONG VOYAGE DU MALADE ET DE SES PROCHES

Vous en souvenez-vous, c'était hier......

En un mot, une phrase, sans que rien, jusqu'ici ne vous y ait préparé, vous vous êtes retrouvé dans l'obligation de.... vivre consciemment un état que vous ne connaissez pas, avec toutes les pertes que cela va impliquer......et vous les proches, à accompagner dans la maladie grave quelqu'un que vous aimez..........

Et pourtant quelque fois, vous l'attendiez ce diagnostic « clair »....

A ce moment précis, le jonglage des questions commence.............

- Qu'attend-on de moi ?

- Vais-je être à la hauteur ? oui mais à la hauteur de quoi véritablement ??

- Et vous les proches :

- Que se passait-il dans le secret de vos pensées ? Que ressentiez-vous ? Y avait-il quelqu'un qui se donnait la peine de vous regarder et de vous demander où vous en étiez ? Qui prenait compte de votre propre souffrance, vos émotions ?

Aujourd'hui plus rien, jamais ne sera comme AVANT.......

Que se passe t il intérieurement ? Par rapport au Deuil.....................

LE DEUIL :

Ce qu'il faut savoir c'est que le deuil est une réaction normale et saine à divers types de malheurs, de perte.

C'est l'ensemble des réactions physiques, psychologiques, affectives et comportementales à la perte d'une personne aimée, mais aujourd'hui aussi d'un animal, d'un objet d'une valeur à laquelle on est fortement attaché, et aussi à la perte de notre santé....et quelle valeur cette santé !!!

Mais..........Tout commence avec l'attachement.

Il ne peut y avoir deuil que lorsqu'il y a attachement. L'attachement est fondé sur la création de liens qui s'intensifient au cours des dernières années. Cependant, ce que nous oublions, c'est que tout attachement dans une vie se termine par une séparation. Que cet attachement date de deux semaines ou de 70 ans, il est par nature appelé à se terminer. Vient alors le processus de deuil proprement dit sur lequel nous reviendrons...

Lorsque ce processus est vécu dans sa totalité, il permet à la personne endeuillée de retrouver l'énergie nécessaire pour créer de nouveaux attachements.

Ce cycle est à accomplir extrêmement souvent dans la vie, à chaque fois qu'une perte ou qu'une séparation se produit.

Parfois, il ne prend que quelques minutes, d'autres fois il prend des années.

Quelque fois, ce que l'on vit est si traumatisant que nous ne trouvons pas la force ou les ressources nécessaires à entrer dans le processus de deuil proprement dit. On entre alors à ce moment-là dans le détachement, on ressent fréquemment un sentiment d'abandon, de solitude à laquelle on va pallier par 4 grands types de stratégies négatives.........

1. La violence..... vis-à-vis de soi ou 2 vis-à-vis des autres

2. Le suicide...... et 4 la prise de risques inconsidérés pour soi-même représentent un autre aspect de cette évolution.

Et parmi les conséquences négatives d'un processus de deuil mal géré, mentionnons...

1. Les dépressions

2. Les maladies psychosomatiques diverses et nombreuses

3. Les dépendances de l'alcool, de la drogue, de l'abus de médicaments, entre autres de tranquillisant sont aussi des manières négatives de faire face au deuil

4. Le travail acharné, le sport et la télévision peuvent être utilisés pour s'empêcher de ressentir la peine et pour intensifier le phénomène de détachement émotionnel

Dans ces situations, on agit, vit comme si rien ne s'était passé, comme si on n'était pas touché par l'événement douloureux.

La guérison, la croissance ne peuvent être atteintes qu'à travers le processus de deuil, à travers un certain nombre d'étapes qui contribuent à la cicatrisation de la blessure émotionnelle.

Les étapes qui suivent ont émergé des entretiens enregistrés avec des personne passant ou ayant passé récemment par ces épreuves de vie.

Voici ces étapes : processus de deuil

Le Choc.....

Il s'agit du moment où l'on apprend la nouvelle de la perte........ Le diagnostic médical confirmé. Pendant un instant, le monde s'écroule autour de lui, et ceci avec d'autant plus d'intensité que cette annonce est subite, imprévisible et qu'elle se produit à un moment de la vie ou on ne l'attendait pas, ou que l'on souhaitait secrètement que la réponse, l'information soit différente de celle que l'on entend...........

Les réactions sont uniques à ce moment-là, il peut y avoir des cris, de la colère, des larmes ou encore une impassibilité apparente.

PATIENTS......................FAMILLE.......................

2. Le Déni Emotionnel.......... » Je ne réalise pas encore »

La culture d'une société donnée modifie un peu les étapes de ce processus de deuil. Souvent le choc initial est suivi d'une période de quelques heures à quelques jours ou......*on sait ce qui arrive, mais on n'en mesure pas toute la dimension émotionnelle.*

A ce stade, il est possible de prendre les choses en mains, de faire ce qu il y a à faire, d'aller de l'avant dans un état comparable à celui d'une anesthésie émotionnelle.

PATIENTS......................FAMILLE.......................

3. La protestation

Lorsque les émotions refont surface, ce sont souvent la protestation et la colère qui submergent la personne et les proches.

- Colère contre le médecin

- Les soignants

- Des membres de la famille parfois même

- Colère contre soi.....

Cette protestation est tout à fait normale et compréhensible, que soit l'obstacle sur le chemin de la satisfaction de nos besoins........

Nous avons tendance à ressentir de la colère et prendre conscience que l'on a réellement perdu la santé, que notre proche l'a perdue..... Est l'un des obstacles les plus réels à la satisfaction de notre besoin d'attachement....

PYRAMIDE DES BESOINS (annexe)

PATIENTS......................FAMILLE.......................

1. La tristesse et le chagrin

Cette étape est celle de l'expression de la tristesse, du chagrin que cause cette perte...

Parfois la protestation et la tristesse sont mêlées l'une stimulant l'expression de l'autre. La tristesse se complique souvent :

• De regrets

• De culpabilité...

A ce stade-là, on a le plus besoin de soutien, de l'affection des siens, des amis capables de comprendre la complexité de ce qui est en train de vivre et d'offrir l'écoute aimante et chaleureuse qui leur est nécessaire.

Cette étape est de durée variable selon le caractère de la personne et le type de perte.

PATIENTS......................FAMILLE.......................

2. L'acceptation intellectuelle

Lorsque les émotions ont pu être exprimées on peut commencer à pouvoir accepter intellectuellement la réalité de la perte.

JAMAIS PLUS CE NE SERA COMME AVANT............

Ce qui semblait essentiel il y a peu de temps devient dérisoire, les valeurs s'inversent tandis qu au niveau profond, la blessure est toujours fraîche et le sentiment de solitude profond....

PATIENTS......................FAMILLE.............

3. L'acceptation globale

Au fil des mois, parfois des années, on commence à intégrer la perte, à l'accepter, à réaliser.

Petit à petit.......la douleur s'estompe, elle n'est plus aussi violente, la vie reprend ses droits... Cela n'est pas que dans l'intellect.

4. Les nouveaux attachements.

Arrive le moment ou l'énergie de vie est à nouveau disponible pour de nouveaux attachements à des buts.

L'étape des nouveaux attachements comprend aussi le pardon à soi-même et celui-ci est souvent le plus difficile à donner car s'en vouloir.....Se pardonner à soi-même c'est accepter d'être imparfait d'être celui qu on est plutôt que celui que l'on voudrait être...

5. Possibilité de croître à travers la recherche de signification—DONNER SENS

C'est l'ultime étape du processus de deuil. Dans certains cas, l'endeuillé n'atteint pas cette étape. Cependant, pour tous ceux qui y parviennent, elle permet qu'à ce moment-là il devient possible de prendre conscience de tout ce que l'on a reçu, et qu'en accord avec ses convictions personnelles, chacun peut voir le sens de l'épreuve endurée et en faire une occasion de croissance de mûrissement d'approfondissement de sa foi.

PATIENTS......................FAMILLE.......................

Il faut aussi se souvenir que ces phases ne sont jamais claires et précises et souvent il y a des retours en arrière, des hauts et des bas.

Survivre à la perte, qu'on soit un soignant, une personne soignée, un proche, c'est trouver des moyens de faire face jour après jour...........

OUTILS...........

- Reconnaitre la perte....... :

Se dire c'est arrivé, que je suis assez fort et que je vais survivre

- Se laisser ressentir la douleur....... :

Ne pas nier, ne pas la couvrir, ni l'anesthésier, se laisser l'expérimenter

- Se redire qu on n'est pas seul....... :

La perte fait partie de toute vie

- S accepter .... (les gens de bon conseil. Attention !)

Se redire qu'on fait, qu on fera le mieux qu'on peut et pourra faire..., avoir des pensées positives vis-à-vis de soi-même

- Se donner du temps.... :

Plus la perte est importante, plus le temps sera long...

- Se souvenir que le processus de guérison a des hauts et des bas...... :

Certains jours sont plus difficiles à vivre que d'autres

- S'accorder du repos........ : (Famille-Proches)

- Bien dormir, prendre son temps, du temps, ne pas trop se charger

- Se faire un horaire........ :

Structurer l'extérieur pendant que l'intérieur est pris dans la tourmente

- Remettre à plus tard les grandes décisions......... :

En tout cas dans un premier temps

- Rechercher et accepter le réconfort des autres et leur support

- S'entourer de choses vivantes, de plantes, d'animaux

- Réaffirmer ses convictions ........ :

Renouer avec ses pratiques religieuses, découvrir une nouvelle spiritualité

- Se souvenir qu'on reste vulnérable ..........

- S'il reste de la culpabilité .....

Écrire......en parler avec quelqu'un de confiance...faire sortir

N'oubliez jamais......

Une plaie émotionnelle a besoin de soin comme une plaie physique......

ET SURTOUT TRAITEZ-VOUS AVEC BEAUCOUP D'AMOUR

amour

PYRAMIDE DES BESOINS SELON MASLOW

 

pyramide